Artboard Created with Sketch.

Témoignages

1032179203854503

22.02.2021

Alexandre

Alexandre Piché

À 19 ans, j’ai commencé à prendre de la médication pour mon acné sévère. Après un mois, quand je me réveillais le matin, je me sentais un peu moins bien que d'habitude. Et plus ça allait, plus ça réglait mon acné, mais moins je me sentais bien. Développer un état dépressif est un effet secondaire possible du médicament que je prenais, même si c’est rare. Après trois mois, j’ai dû l’arrêter, parce que j'avais des idées noires : un soir, au restaurant où je travaillais, je me sentais complètement déconnecté. Je voyais le rack à couteaux et je me disais que je pourrais en prendre un et me faire mal. Quand j'ai eu cette pensée-là, je suis tout de suite revenu à la réalité et je me suis dit: “ok, ça ne va vraiment pas”. Plus tard dans la soirée, je suis tombé en larmes dans la cuisine et j’ai dit à mon boss que je démissionnais, je n’étais plus capable...

Quand j'ai commencé ma dépression, des personnes très proches de moi m’ont laissé tomber, me disant que j’étais drama queen. À ce moment-là, on ne parlait pas encore beaucoup de maladie mentale. Ça a été difficile de vivre ça alors que c’était encore très tabou...Quand j’étais en dépression, je n’étais plus capable de penser comme il faut et j’avais juste des idées sombres. Peut-être que j'avais l'air de faire un drame avec rien, mais dans ma tête, c'était une montagne de problèmes... Dans tout ça, heureusement, mes parents ont été là pour moi. C'est ma mère qui m'a emmené chez le médecin quand ça n’allait pas bien. Si mes parents m'avaient jugé, je ne sais pas où j'en serais aujourd'hui...

Le livre ‘’Le pouvoir du moment présent’’ a changé ma vie. Je le relis de temps en temps pour m’efforcer de retrouver cette pratique du moment présent que le livre enseigne. Entendre d’autres personnes parler de leur dépression a aussi été aidant dans mon processus. On pense souvent qu'on est seul, mais on ne l'est jamais. Et même si tu peux penser avoir le problème le plus bizarre, c’est sûr qu’il y a quelqu'un ailleurs qui vit la même chose que toi.

  • Suicide Action Montréal

    Si vous avez besoin d'aide pour vous ou pour un de vos proches, contactez le 1-866-APPELLE

Vous avez aimé ?

  • Afficher les commentaires