Artboard Created with Sketch.

Témoignages

654656328273461

05.09.2019

Anne-sophie

Anne Sophie

Selon l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire, menée par l’Institut de la statistique du Québec en 2016-2017, la proportion des élèves du secondaire aux prises avec des troubles anxieux, confirmés par un médecin, est passée de 8,6 % en 2011 à 17,2 % en 2017. Anne-Sophie, 16 ans, fait partie de ces jeunes qui souffrent d’anxiété. Elle a courageusement accepté de vous raconter son histoire.

Depuis que je suis toute jeune, j’ai toujours été anxieuse. Quand j’avais 12 ans, mon grand-père est décédé. Je l’aimais beaucoup et j’avais une très belle relation avec lui... Après ça, j’ai senti une plongée dans le noir. Je pleurais tout le temps et je faisais des crises d’angoisse. J’avais de la difficulté à rester en classe…le contact avec les autres me stressait beaucoup. À ce moment-là, j’ai même commencé à avoir des idées noires. Je n’allais tellement pas bien qu’on est allés à l’hôpital, où l’on m’a prescrit des médicaments pour l’anxiété. Un peu après, j’ai dû retourner à l’hôpital parce que j’avais un plan suicidaire. J’ai vu un pédopsychiatre et on m’a hospitalisée une nuit. J’ai eu les diagnostics de trouble anxieux et de dépression.

En dépression, je pleurais tout le temps, j’écoutais toujours la télé, j’avais le goût de rien faire. Je trouvais que la vie était plate et je pensais que le monde serait mieux sans moi. Mon anxiété, c’était surtout que j’avais de la difficulté à respirer et je pleurais beaucoup. L’anxiété et la dépression étaient très reliées. Quand j’ai été hospitalisée, j’ai commencé à voir une psychologue et je la vois encore aujourd’hui. Ce que j’aime, c’est qu’elle ne me dit pas quoi faire, mais elle m’aide vraiment à réfléchir. À l’époque, j’appelais aussi souvent les lignes d’écoute comme Revivre et Tel-jeunes, et ça m’aidait quand je faisais des crises. Mon chat m’a aussi beaucoup aidée. Ça peut avoir l’air niaiseux, mais juste sa présence, c’était beaucoup pour moi. Il était tout le temps là, il m’accueillait même quand je revenais de l’école…Et il me faisait rire. C’est quelque chose d’important je trouve.

Maintenant, je ris de plus en plus. Quand j’étais vraiment dans la noirceur, je ne voyais absolument rien d’autre que ça. J’étais certaine que je ne m’en sortirais pas et je pensais que j’étais seule. Je dirais aux autres de ne pas hésiter à aller chercher de l’aide. Malgré tout, on réussit à se relever et se faire une belle vie. C’est pas parce que tu touches le fond du puits que tu ne pourras pas remonter.

  • Soi Humain

    Nous vous invitons à découvrir le magnifique projet Soi Humain qui vise à prévenir et à diminuer les troubles de santé mentale à l'intérieur du système scolaire par le biais d’ateliers offerts aux jeunes et aux enseignants.

Vous avez aimé ?

  • Afficher les commentaires